Alpine

Skier de manière plus inclusive : Lynsey Dyer

L'athlète américaine de freeride Lynsey Dyer a consacré une grande partie de sa carrière à la promotion des femmes.

Lynsey Dyer in Winter Park, Colo

L'athlète américaine de freeride Lynsey Dyer a consacré une grande partie de sa carrière à la promotion des femmes. Depuis sa participation à la création de l'organisation à but non lucratif SheJumps en 2007, dont l'objectif est d'encourager la participation et la confiance des femmes dans les activités de plein air, jusqu'à son rôle de mentor pour les femmes de tous âges, elle a travaillé sans relâche pour faire de la montagne un espace plus inclusif. Aujourd'hui, en tant qu'athlète Fischer, elle est fière de porter le flambeau de la campagne "Skis for Skiers", qui s'appuie sur la décision de Fischer Skis de supprimer les constructions de skis spécifiques pour les femmes. 

"Le genre est un sujet qui peut déclencher des réactions très vives", explique Lynsey Dyer, faisant allusion à la raison pour laquelle il a été si difficile par le passé d'amener l'industrie du ski à accepter l'idée que les femmes n'ont pas besoin de skis différents de ceux des hommes. "J'aime confronter les données. C'est pourquoi je suis fière que Fischer ait étudié les données. Leur décision de ne plus faire de skis spécifiques pour les femmes est née de la course au plus haut niveau. Ils ont constaté que les femmes les plus performantes skiaient sur des skis d'hommes - des skieuses appliquées, des femmes qui skient pour gagner leur vie. C'est juste un fait, les skis les plus performants l’étaient pour tout le monde. Les skis ne font pas de discrimination, ils sont simplement performants. Donc, tant que vous avez la capacité de les skier, vous en bénéficiez." 

Les sentiments de Lynsey Dyer sont nés de l'expérience. Avant de devenir une athlète pour Fischer Skis, elle a dû, comme beaucoup d'autres athlètes féminines, surmonter des obstacles courants face à des entreprises qui édulcorent leur matériel pour femmes. 

Meredith Drangin, Lynsey Dyer, and Tae Wescott ride a gondola in Winter Park, Colo.

"À un moment de ma carrière, j'ai skié pour une marque où les seuls skis pour femmes du côté freeride étaient des skis de parc peu solides, et je n'étais pas en mesure d'obtenir les skis pour hommes", note Lynsey Dyer à propos de ses luttes passées pour trouver le matériel approprié lui permettant de progresser comme elle le souhaitait. "Je suis restée concentrée et je me suis entraînée plus dur pour être capable de sauter de grandes falaises en étant parfaitement centrée. Je n'allais pas laisser un équipement inapproprié m'en empêcher. En tant qu'athlète affamée ayant un objectif précis, tu finis par trouver un moyen. " 

Et elle est très claire sur ce à quoi sa progression aurait ressemblé si ces anciennes marques partenaires avaient compris l'importance de reconnaître qu'il existe plusieurs types de skieuses, de la piste verte au Hahnenkamm.  

"C’est sûr, j'aurais été beaucoup plus loin avec le bon matériel ou le même matériel que mes homologues masculins", déclare-t-elle à propos de son manque d'accès au matériel approprié. "J'essaie de ne pas m'attarder sur les choses qui ne sont pas de mon ressort. J'ai souvent entendu de la part de ce même groupe que les femmes ne skient que pour les déjeuners et les défilés de mode, et qu'elles n'ont pas besoin d'un équipement résistant. Cette mentalité m'a permis de rester concentrée et je suis très heureuse d'être ici, car le vent a tourné." 

Lynsey Dyer skiing at Winter Park, Colo.

Pour Lynsey Dyer, ce changement se traduit grâce à des athlètes masculins et féminins de haut niveau qui enfilent le même équipement sur les pistes et dans les feeds Instagram. "Lorsque vous vous présentez en tant que coach pour la journée et que le pro masculin est sur les mêmes skis que la pro féminin, je pense que c'est énorme à voir pour des enfants", explique-t-elle à propos de l'impact croissant de l'équipement non genré dans l'industrie du ski, surtout lorsqu'elle encadre les futures générations de skieurs, garçons et filles. Et à propos des couleurs vives du Ranger 102, elle explique : "L'autre aspect positif de ce que fait Fischer est que vous verrez les skis colorés qu'ils fabriquent et, en tant que femmes, nous avons grandi en aimant que les gens nous prennent pour des garçons. Mais cela va dans les deux sens maintenant, car les hommes skient sur les mêmes skis que les femmes. Les hommes et les femmes sur les skis font les mêmes choses, et c'est vraiment chouette". 

Lynsey Dyer pense que ce changement de perspective sur les skis pour femmes ne fait que commencer et que Fischer est à l'avant-garde d'une nouvelle ère d'accès accru à un meilleur équipement de ski pour les femmes . "Quand il s'agit de performance sur la piste, nous faisons enfin assez de bruit pour que l'industrie du ski nous entende et c'est formidable", dit-elle, et elle poursuit : "Parce que c'est une petite industrie et parce que les industries commencent à reconnaître le rôle majeur que jouent les femmes dans le ski, nous allons voir ce changement de plus en plus souvent et c'est une excellente période pour être une femme dans notre industrie. Je peux presque garantir que nous allons voir cette tendance proliférer et je suis heureuse de faire partie de ce que Fischer a fait pour ouvrir la voie."